AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
TLOTR est remis à neuf ! Une nouvelle intrigue est à présent disponible !

Partagez|

L'origine des coursiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité

MessageSujet: L'origine des coursiers Dim 3 Juil - 17:21


Keiran Dalamiss

26 ans • Humain • Eriador • Célibataire • Hétérosexuel
Partout • Coursier • L'aigle
«Qui sème le vent récolte la tempête»

Histoire
Avant je n’étais pas ce genre d’homme qui fait craquer les femmes. Vous ne me croyez pas? J’avais les cheveux blonds de petits yeux trop espacés et trop maigre pour avoir un avenir en tant que garçon de ferme. Une chance pour moi, j’avais trois frères plus vieux qui avaient assez de bras pour compenser toutes les tâches que notre père nous offrait. Je n’étais pas motivé pour les tâches de femmes non plus; lavage, vaisselle, frotter les planchers et faire les lits. Je profitais donc de l’occupation de tout le monde pour fuir. La solution qui se présentait était simple, disparaître durant plusieurs heures, revenir manger et disparaître à nouveau pour éviter de se faire réveiller le matin. J’allais jusqu’à la ville et je sortais mes yeux mignons. En fait, je devais tellement faire peur que les gens en avaient pitié. On me lançait des du pain et du vieux formage sans s’approcher. Le sable faisait une sorte de croûte croustillante, mais je m’en contentais. Les écuries étaient mon endroit préféré. Il faisait chaud, les chevaux sont toujours gentils et la paille était de loin plus confortable que mon propre lit. Pour passer le temps, je prenais la brosse accrochée sur le mur et je la passais dans le poil des chevaux. Ils aimaient ça et j’étais trop occupé pour faire de mauvais coups. Puis, un palefrenier me retrouva là un matin. Il eut la surprise de sa vie. Son étonnement fit peur à la bête et je ne me réveillai jamais. Un coup de sabot peut vous envoyer au lit pendant des semaines. Heureusement, après trois jours j’étais sur pieds. Malheureusement, je gardais tous mes souvenirs et je devais retourner à la maison. Je peux vous dire qu’on m’a fait manger du savon et je reçu quelque claques en arrière de la tête. Mon père disait que ça me replacerait les idées. Il avait tort.

Je retournai voir ce cheval en particulier, celui qui m’avait flanqué un coup de sabot. Un jeune étalon à la robe brune et à la crinière noire. Il n’était pas très grand et quittait rarement son enclos. Une voix dans mon dos me fit tourner assez rapidement. On m’avait encore prit sur le coup. Au lieu de me gronder et me renvoyer chez mes parents, l’homme à la barbe fournie me déposa la brosse dans les mains et quitta la stalle où je me trouvais. Il approuvait donc le boulot que j’exécutais depuis plusieurs semaines déjà. Je mis au travail. Je n’avais pas de paye, je n’avais pas de félicitation, mais peu à peu, je me sentais chez moi et je revenais. E temps en temps, on me refilait une autre tâche. C’était toujours de plus en plus compliqué, mais ils me laissaient toujours faire. Je me mis donc à observer tous leur geste pour les imiter.

Un jour, le cheval à la robe brune n’était plus dans son enclos. Je le cherchais encore et encore sans résultat. Je fis le tour de l’écurie pour aller chercher du foin et il était là, selle sur le dos et bride à sa gueule. Le vieil homme qui m’avait regardé avait décidé de me l’offrir. Je peux vous dire que monter un cheval est plus difficile qu’on peut penser. Il faut de la force dans les jambes et le ventre pour tenir droit et surtout resté sur le dos du cheval. Je pratiquais presque tous les jours. Je m’occupais de sa place et je continuais de donner un coup de main dans la bâtisse. Avec une passion, on se développe plus que sur la contrainte. Avec le temps, mes muscles se formèrent, ma barbe prit un peu plus de place sur mon menton et je perdais le gras de bébé de mes joues. On me demanda à plusieurs reprises d’aller porter des lettres ou des colis chez des voisins ou dans d’autres villes. C’était plaisant. De toute façon, je devais exercer mon cheval à la balade. En grandissant et menant toujours le courrier à bon port, on commença à me payer plus gracieusement. Je reçu un enseignement sur le maniement de l’épée et de l’arc. C’était bien de livrer des choses et avoir en sa possession un cheval, mais quand une bande de bandits vous prenait d’assaut, on devenait vite une victime.

Vint ensuite les pulsions, les passions, l’envie. Un visage d’homme était plus séduisant qu’une bête d’enfant. Les femmes se proposaient…et je ne refusais presque jamais. On m’invitait à partager des repas, soigner mon cheval et me payer mes courses. J’adorais mon emploi. Et puis, un jour, une lettre arriva jusqu’à moi. Normalement, je la livrais. Mais cette fois, mon nom était écrit sur le papier. J’appris la mort du vieil homme qui m’avait donné ce début de vie. Son enterrement fut difficile pour moi. Il était temps de dire adieu et de quitter le coin. Galopant au travers de la Terre du Milieu, j’étais témoin des menaces et des rumeurs sur la venue du Seigneur des Ténèbres. J’adorais ces histoires d’antan. Mon cheval fini par s’éteindre lui aussi. J’avais de l’affinité avec plusieurs bêtes majestueuses, mais rien n’allait jamais égaler la loyauté de ce cheval. L’alcool fit de plus en plus apparition dans mes courses. Je n’étais plus aussi rapide, je n’étais plus aussi motivé. J’avais tout perdu. Je commençais à profiter du départ de plusieurs hommes à la guerre. Elle fait des morts, mais aussi beaucoup de veuves. Je n’étais pas prêt à m’établir. Mon cœur désirait la liberté et les voyages. Comme plusieurs, je fus vite rattrapé par les guerres. Je rejoignis les cavaliers du Rohan. Tous les hommes qui étaient capables de monter à cheval étaient la bienvenue. J’étais bon cavalier, mais juste un peu trop saoul pour être efficace.

Cette vision de la tour blanche restera à jamais dans ma tête. Imaginez un nombre incalculable d’orques et de monstres devant la ville qui est là seulement pour exterminer tout le monde. Je crois que je n’étais pas le seul à vouloir retourner dans sa petite maison et s’installer devant son foyer en faisant semblant de n’avoir rien vu de cette marée noire. Le roi passa au galop en première ligne. Le cri qui s’en suivit était fort, était vibrant. Les poils de mon corps s’hérissèrent devant tant de bravoure…ou de stupidité. L’assaut fut donné et tous on avança dans la bataille. Mon adresse à l’épée m’aida à survivre cette journée-là. Ce ne fut pas le cas de beaucoup de mes voisins.

Quand tout fut terminé, il rejoignit plusieurs hérauts. Ils avaient comme mission de rassembler encore les forces disponibles pour se rendre devant les portes noires du Mordor. Ses deux sacs remplis de missives, je parcouru la gigantesque lande jusqu’au Sud. On m’avait offert une jeune jument crème. Elle me rappelait l’ancien temps. Ma passion revenait. M’étant éloigné longtemps, je m’étais associé avec plusieurs personnes. On avait tous cet envie de voyage et ce désire d’avoir un coin à nous, parler de nos aventures et des histoires qu’on avait entendu. Je pris la direction du Nord et je pris sous ma gouverne une région. Je fis construire une énorme bâtisse et la guilde débuta ainsi. C’était notre château, c’était notre vie.

Caractéristiques





Derrière l'écran
Prénom ou Surnom • Guarsillia
Âge • 27 ans
Sexe • Féminin
Personne sur votre avatar  •  Eoin Macken
Comment as-tu connu le forum? • Facebook
Présence • 2-3 semaine
Un petit mot? • Je compte pouvoir faire un changement sur les routes et rencontrer pleins de gens

Code par Guarsillia
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

MessageSujet: Re: L'origine des coursiers Dim 3 Juil - 22:08

J'ai terminé. Je ne croyais pas écrire aussi vite, mais tout est venu tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 60
Date d'inscription : 11/06/2016

MessageSujet: Re: L'origine des coursiers Dim 3 Juil - 23:05

J'adore le caractère de ton personnage ! Bienvenue à toi ! N'oublie pas de mettre une photo de profil !

   

Falicitations ! Ta fiche est validée
 Quel courage ! Te voilà parmi les personnes ayant validé leur fiche de présentation !


   - A présent, je te laisse filer lire le règlement, si ce n'est pas encore fait !


   - Vous devez également resencer votre personnage afin que ce soit plus simple pour les admins et les nouveaux arrivants de voir quel avatar est pris !


   - Vous pouvez créer votre fiche de liens et vos chapitres dans la section Fiche de liens et chapitres !


   - Envie de RP ? C'est par là : demander un RP. Utilisez le code pour faire votre demande !


   
Bienvenue et Bon jeu à toi !

   
© CN.JUNE, NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

MessageSujet: Re: L'origine des coursiers Dim 3 Juil - 23:11

Merci. Je vais recenser mon avatar tout de suite et je fais le reste plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 60
Date d'inscription : 11/06/2016

MessageSujet: Re: L'origine des coursiers Dim 3 Juil - 23:19

Pas de soucis ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 33
Date d'inscription : 10/06/2016
Age : 26
Localisation : Ithilien

MessageSujet: Re: L'origine des coursiers Lun 4 Juil - 14:55

Re-bienvenue et bon courage pour ta fiche Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://returnoftheforce.forumactif.org/
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'origine des coursiers

Revenir en haut Aller en bas
L'origine des coursiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Anastagia Pierre Américaine d’origine haïtienne couronnée Miss Florida USA 2009
» l' origine du coup de boule
» Un maire d’origine haïtienne élu à North Miami
» Waterloo, vidéo documentaire origine Planet
» Loi sur les privileges aux personnes d'origine haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: Inscriptions :: Présentation :: Fiches Validées-
Sauter vers: